Saint-Marcellin Autrement

Groupe d'opposition pour les uns, minorité pour les autres nous sommes avant tout des Saint-Marcellinois souhaitant construire pour vous et avec vous Saint-Marcellin Autrement

mercredi 15 novembre 2017

Déchiffrons ensemble l’article du DL du 20 Octobre 2017



En date du 20 Octobre 2017, le maire de Saint Marcellin a souhaité faire un point à mis mandat.


Habitants et questions ont été triés sur le volet, les critères retenus sont encore bien flous mais finiront bien par nous être expliqués un jour ou l’autre.


Chacun jugera !


Nous avons, certains diront « comme à votre habitude », tenté de déchiffrer quelques annonces faites ce même jour à la presse.


Pour retrouver l’article complet : https://www.saint-marcellin.fr/mes-infos/actualites/toutes-les-actualites/718-premier-bilan-de-mi-mandat


« Au dernier conseil communautaire, la majorité municipale a voté contre le retour à la taxe enlèvement des ordures ménagères… »


Soyons lucides le vrai problème n’est pas là : c'est à l'instauration du système des moloks qu'il fallait réagir, rappelons que les conseillers du groupe majoritaire et représentants de Saint Marcellin ont voté, à l’époque, des deux mains pour ce système, alors que dès la phase d'essai les dysfonctionnements sont apparus et après quelques années, pour mettre un pansement sur une jambe de bois, ils ont même milité pour la suppression du badge.


Résultat : nous gardons nos moloks avec un paiement à l’incitatif balayé sans scrupules.


Chacun jugera !


« Je suis heureux que Saint Marcellin dispose d’une vice-présidence mais je regrette que les engagements n’aient pas été tenus ………selon les accords passés »

Ce 15 janvier 2017, sur cette même page, nous aurions pu écrire « Arrangement entre amis » mais novices de la politique, incrédules ou ignorants nous avions imagé que la nomination des vice présidents à la toute nouvelle communauté de communes avait respecté les règles de la démocratie mais à la lecture de ce texte il n’en est rien.

A l’époque l’éviction du poste en charge de la jeunesse de la Saint Marcellin Vercors Isére Communauté (SMVIC) montre que cela a été vécu comme un camouflé par le maire de Saint Marcellin, eh bien oui, en démocratie chacun a le droit de défendre ses chances, l'élue désignée par quelques uns n'a pas souhaité le faire . C'est donc la plus motivée qui est passée sans autre soutien que sa compétence et les voix des conseillers communautaires attentifs à ses propos.

Il est sain que des accords ou autres engagements se soient vus réduits à néant par le jeu démocratique.

Chacun jugera !

« Aujourd’hui le sujet sur lequel on ne lâchera rien c’est la mutualisation»
Au début des années 90, le maitre mot prôné lors de la création des intercommunalités était bien celui-ci. Et pourtant même si certaines choses ont été accomplies au sein de la Communauté de Communes du Pays de Saint Marcellin de nombreuses autres auraient être faites si les égos de chacun avaient été rangés au placard.

Prenons un exemple :
Les écoles de musique de Vinay et Pont Royans qui étaient prises en charge respectivement par la 3C2V et la CCBI, ont été transférées automatiquement à la SMVIC, celles de Chatte et de Saint Marcellin restent à ce jour communales non par souhait mais simplement car les élus de la CCPSM n'ont jamais songé, du haut de leur égo, à travailler à une mutualisation de ces structures ainsi qu'a beaucoup d'autres

A la question : « Le Diapason un jour intercommunal ? » le maire répond par une de ses théories philosophiques préférée mais le pragmatisme voudrait que rapidement l’on trouve une solution pour éponger le déficit abyssal de cet équipement.

La baisse des aides de l’état ne serait-elle pas la seule motivation pour la mutualisation prônée ici ?

Chacun jugera !

« …on libère le stade Vallon… » comment le fait de mettre des préfabriqués, au stade Carrier, en lieu et place de vestiaires existants justifierait l'abandon du stade Vallon ?
La 1ère ville sportive en 2013 supprimerait ainsi un lieu sportif pratiqué par le rugby, le foot amateur, le collège et le lycée, la colonie Robert Pérez, l’athlétisme … nous n’y comprenons plus rien à moins que…en reprenant l’étude sur le projet centre bourg nous pouvons observer qu’une opération immobilière de 73 logements sur le terrain Vallon, actuellement non constructible mais qui pourrait le devenir dans le cadre du prochain PLU, deviendrai une source de revenu au travers des impositions locales.
Retrouvez les explications politiques de l’adjoint en charge de l’urbanisme sur le site de la ville…peut-être y verrez-vous plus clair ?

Nous concernant : les explications fournies lors du conseil municipal du 14 novembre 2017 ne nous ont pas convaincu.

Chacun jugera !

A mi-mandat reconnaissons que malgré tout n'a pas été négatif, mais avec une vision plus pragmatique, nous constatons que trop reste à faire dont une grande partie aurait pu être initiée en amont de la naissance de la SMIVC.

Toutefois nous regrettons d’une part que la vente de notre régie d’électricité à Gaz et Electricité de Grenoble (GEG) ne fut pas abordée et d’autre part qu’il soit indiqué que les oppositions ont été sollicitées ce qui en l’espèce ne fût pas, nous concernant, le cas.

lundi 16 octobre 2017

Stratégie ??



Décidément nous ne comprenons toujours pas la stratégie de la majorité municipale et de son maire.

Comment peut-on s’indigner le 14/10/17 d’une perte de 617 217€ entre 2014 et 2017 alors que le 13/10/17 la création d’un espace de vie sociale a été annoncée en fanfare ?

Bizarre, vous avez dit bizarre ? Nous dirions plutôt inquiétant !

Le 13 février 2017, lors du débat d’orientation budgétaire, Mr le Maire revenait pour la énième fois sur le rapport de la chambre régionale des comptes de Novembre 2013 qui indiquait à l’époque que la situation financière de la ville était saine et son endettement modéré . Malgré une gestion dite « saine » la baisse des aides de l’état ne nous permettrait plus de vivre comme auparavant.

Quelle surprise que de lire sur le Dauphiné Libéré que « Nous sommes à l’os » expression reprise ce 14 octobre 2017 pour indiquer que notre ville ne doit faire aucun écart. Les familles les plus modestes, savent ce que veut dire cette formule et qu’il est alors hors de question d'engager des dépenses qui mettraient, encore plus, en déséquilibre le budget familial.

Alors comment peut-on annoncer des travaux d’envergure et le jour d'après, dire que les finances de la ville ne sont pas aussi bonnes alors qu’en février dernier celles-ci étaient dites « saines » ? Comment en est-on arrivé là ?

Depuis le début du mandat nous répétons qu'il faut réduire la voilure, n'investir que dans l'indispensable, que toutes dépenses supplémentaires doivent être mûrement réfléchies.

Si l'espace de vie social est un outil utile il ne peut être, dans l'état actuel de nos finances, une priorité à l'inverse de la sécurisation de nos écoles par exemple, d’autant que, à juste titre, le budget du CCAS a été multiplié par sept depuis 2008.

Certes, il y a en perspective quasi certaine la cession de la régie électrique municipale, si le conseil municipal suit son maire, qui va ramener du cash à la ville.

Mais doit-on pour autant dilapider par avance cette trésorerie ?

Le but serait-il, déjà, de préparer les prochaines échéances municipales ?

mercredi 11 octobre 2017

Commerces.. du mieux selon le Maire

Comment ne pas être satisfait lorsque, lors de l’ouverture du conseil municipal du 20 Septembre 2017, Mr le Maire annonce haut et fort que ce mandat est enfin dédié au développement commercial de notre ville …. Mais la réalité n'est pas aussi belle que l'on veut nous faire croire!

Même si deux conseillers municipaux de la majorité municipale sont affectés à cette tâche (difficile), nous sommes contraints de constater que le résultat n'est pas à la hauteur de leur investissement.

Un inventaire pragmatique des Ouvertures/Fermetures permet d’observer que la création véritable de nouveau commerce en trois ans et demi sur notre ville est proche sinon égal à zéro.

Dans certaines annonces la modestie et l'humilité doivent prévaloir, ce sujet est difficile et jamais clos, c'est une action voire un combat sans fin. La communication d'aujourd'hui ne doit pas faire oublier l'inaction d'hier.

En 2014, lors de la campagne électorale nous avions été gaussés par la majorité actuelle sur la nécessité de créer une cellule économique au sein de la mairie en redéployant des moyens humains en interne.

L’actualité nous donne malheureusement raison et nous sommes convaincus que toutes les bonnes volontés ne peuvent pas remplacer du personnel spécialement dédié à cette tâche et qui consacre entièrement son temps de travail à trouver et faciliter l'installation de nouvelles activités économiques.